1/ S'éclairer, attaquer

La bioluminescence est majoritairement représentée en milieu marin où, en profondeur, elle devient commune puisque 95% des individus récoltés à -4000m sont lumineux.
Cependant, les espèces terrestres de la famille des lampyridae sont également bioluminescentes, sans oublier certains végétaux et bactéries.

 
S'ECLAIRER

 Dans les abysses, une des fonctions principales de la bioluminescence est donc l'éclairage du champ visuel. Ainsi l'organisme émeteur est également récepteur de sa propre lumière. Cependant, il existe de nombreux types d'éclairage différents selon les espèces.

Certaines espèces abyssales possèdent un appendice bioluminescent caractéristique en avant de la tête qui éclaire les alentours. Les espèces de l'ordre des lophiiformes ont cette particularité. (voir galerie photos)
D'autres organismes bioluminescents possèdent des photophores placés à l'arrière des yeux qui éclairent alors le champ de vision binoculaire, éclairant donc la partie antérieure du champ visuel. (ex : le diaphus)


 Cas du Krill antarctique
Anatomie du krill antarctique Il peut émettre de la lumière par l'intermédiaire d'organes situés sur différentes parties de son corps : une paire d'organes près des yeux, une autre paire sur les côtés de la deuxième et septième patte et un sur les quatres sternums. Ces organes émettent périodiquement une lumière jaune et verte, au maximum durant deux à trois secondes. Ils sont considérés comme étant très développés et leur principe peut se comparer à celui d'une lampe-torche : une surface concave à l'arrière de l'organe qui réfléchit la lumière et une lentille à l'avant du faisceau pour la guider.

Cette biolumiscence développée a, entre autre, pour but de guider l'animal dans les abysses obscures.

ATTAQUER

Les organismes bioluminescents des abysses ont développer des capacités à utiliser leur bioluminescence comme moyens d'attaque afin de se nourrir et de se défendre efficacement contre les prédateurs.

Cas de la Gnathophausia zoea
  Gnathophausia zoea
Cette crevette est l'un des rare individus capables de faire de la bioluminescence de longueur d'onde correspondant à la couleur rouge, qui est la première couleur absorbée dans l’océan. Ainsi à grandes profondeurs, son corps paraît noir. Les scientifiques l'ayant remonté à la surface ont été donc étonnés de découvrir cette couleur rouge vif de l'animal, le rouge n'étant plus absorbé. C'est ici un exemple de la bioluminescence qui a un but purement de camouflage.

De même lorsqu'elle est encore dérangée par d'éventuels prédateurs, celle-ci expulse un nuage de particules bioluminescentes de couleur bleue qui lui permet de prendre la fuite sous la surprise de son prédateur.





page suivante

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site